POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

L'avarice ...De forme classique...

L'avarice..jpg

 

 

L’avarice

 

 L’avarice nous nomme un bien triste despote,

Où l’avaricieux ne se reconnait pas,

Qu’il est laid ce païen à prêcher sur sa faute

Et Molière en a fait d’un portrait son repas.

 

Lorsqu’on dit qu’il vaut mieux quémander à la  porte

D’un plaignard que plutôt à celle d’un vantard,

Il lui reste l’instinct bien qu’il fuie et de sorte

Les clochards, les enfants,  tous les gens sans costard.

 

C’est l’histoire insensée où se perd l’existence

Nul ne veut se trouver dans la peau d’un borné,

Et pourtant chacun tient à prier l’espérance

Pour qu'une main tendue anime un cœur orné,

 

Puis quand les autres sont plus riches, plus avides

Au détriment des uns que l’on traite de gueux,

Il en faut du labeur pour sortir des grands vides

Celui, qui vit pour l’or, a du sang bien fongueux.

 

Or c’est un moindre mal de blâmer un avare

De rire de ses tocs agrippant d’un doigté

Le plus petit des sous qu’il remet dans sa jarre.

Sauf caricatural au défi convoité…

 

Maria-Dolores



24/10/2016
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres