POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Le Sonnet irrégulier

 


Douloureux secrets...Forme le sonnet irrégulier...Peinture Toulouse-Lautrec

Douloureux secrets

 

 

 

 

Douloureux secrets

 

Dans le calme s’éteint la foudre de ces larmes

Éternel souvenir le souhait d’un chemin

Qui délivre son âme au parfum d’un jasmin

Dans ce jardin d’Éden on observe les charmes.

 

Fille de joie il fuit l’essence d’une fleur

Qui dégage un sourire aux messieurs la largesse

Des bas fonds de trottoirs où flétrit la jeunesse,

On oublie au passage un instant la douleur .

 

Les plaisirs ne sont que miroir aux alouettes,

Invisible est le soir traînant ses amourettes

Puis le cœur des amants ne présage du temps.

 

Bien souvent on regrette un regard sous la lune

Dans les yeux on devine un espoir de fortune,

Mais l’esprit ne voit plus les secrets repentants…

 

Maria-Dolores


19/11/2019
10 Poster un commentaire

Chemin éphémère ...Forme le sonnet irrégulier...Image sur le Net...

Chemin éphémère

 

 

 

Chemin éphémère

 

Connaissant le chemin d’une belle demeure

Elle émet un sourire au charme de vos yeux

Impassible la lune éclaire sous les cieux

L’ivresse d’un empire au plaisir qu’elle effleure,

 

Dans un songe éphémère elle rêve la nuit

D’un penchant sans partage où s’émeut en silence

La douceur de vos mots que revêt sa vaillance

Il est temps d’oublier  le parcours de l’ennui.

 

Elle invente des jeux sous l’alcôve céleste

Afin de vous aimer avec ce petit geste

Qu’elle sent maladroit au souffle d’un regret.

 

Le désir de vos mains sur son corps la révèle

Envoûtée en son âme où son cœur se cisèle

Son regard fond d’amour et livre son secret.

Maria-Dolores


15/11/2019
18 Poster un commentaire

Les anges à minuit....Forme le sonnet irrégulier...Mise en page photofiltre Studio image sur le Net .

Les anges à minuit

 

 

Les anges  à minuit…

 

Quand la pluie a chanté  seul se plaint du murmure

L’homme ayant pour reflet un chemin dans son cœur,

Quand rien ne le protège aussi bien qu’une armure.

Sous le pas qui l’invite au discours du bonheur,

 

Seul le fait de lui plaire et d’avoir une  vie,

Il se peut la soumettre au côté délirant

Quand un ru l’invitant au plaisir d’une envie,

Amadoue au silence à l’abri, respirant.

 

Alors, cède en couleur sa parure éphémère

Sous l’éclat revêtant une douce prière

Que dépose l’amour à la fin de la nuit.

 

La misère à son sort se vouant d’un augure,

Qui  poursuit lentement le destin s’en conjure

Car les anges s’enfuient au-delà de minuit.

 

Maria-Dolores.


10/11/2019
8 Poster un commentaire

Ce matin....Forme le sonnet irrégulier....Image personnelle...

Ce matin

 

 

 

 

Ce matin

 

Le ciel bleu se dévoile au chagrin d’un silence

Le matin au soleil on perçoit l’océan

Fuyant vers l’horizon le vol d’un goéland,

Mais personne n’entend la mer en turbulence.

 

Je sors sur le balcon le fond de l’air est frais

Il emporte avec lui la chaleur de mon âme

Vers l’étoile éprouvant le regret d’une flamme

Où l’automne éveillé triomphe sous les rais.

 

La saison si fidèle entrevoit un orage,

Quand l’instant se fait noir on croit voir un mirage

Une tornade au loin dans le courroux du temps.

 

Dame fée à l’affût évapore la brume

Et la vague océane affronte là l’écume

On veille patiemment le chemin du printemps…

 

Maria-Dolores


08/11/2019
14 Poster un commentaire

Voix céleste…Forme le sonnet irrégulier...Image sur le Net...

Voix céleste

 

 

 

 

 

Voix céleste…

 

Le soleil illumine à l’aube mon regard,

Je perçois le silence en son parfum d’automne

Et le souffle du vent s’est tu, plus rien ne tonne,

Quand la muse apparaît par le plus grand hasard.

 

Je la sens qui me dicte un joli manifeste ,

Quelques mots écrits là sur un long parchemin,

Elle chante souvent une rime en chemin

Qui s’éclipse le soir dans une voix céleste.

 

Moi,  poète épuisé rêvant  là d’un écrin,

De ces mille couleurs choit un alexandrin

Qui d’un trait éclairé vient  flatter une plume.

 

Puis, voici déposé sur la page les vers

Qui repoussent le temps de tous ces longs hivers

Sous l’âtre chaleureux où le feu se consume .

 

Maria-Dolores


05/11/2019
14 Poster un commentaire