POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Forme la bandollière

La bandollière-TT


La bandollière Bandoll-3931559

I-Introduction

•Peynard de la Bandollière, Geoffroy (Flandres 1535 -Paris 1571)
Fils d'un magistrat d'Anvers, vint à Paris dès l'âge de seize ans parachever de brillantes études d'humaniste. Une traduction en alexandrins de la quatrième bucolique de Virgile lui valut l'amitié de Ronsard, qui l'introduisit en 1558 à la cour de Henri II. La mort brutale du roi semble avoir mis fin, dès l'année suivante, à la faveur du jeune poète. Soupçonné d'avoir rejoint le parti huguen, il fut banni de la capitale et dut mener dès lors une existence misérable. Il voyagea peut-être en Italie et mourut à son retour en France, sans avoir publié ses poèmes. Ronsard les rassemblera sous le titre de « Rustiques » et les fera paraître en 1574 avec une préface élogieuse de Jean-Antoine de Baïf.

•Féf→ Les plus belles pages de la poésie française / Biogaphies / Page 798

II-Poème

Chanson

Perrette, nous irons au pré
Voir comme pousse la fleurette
Printemps revient, faisons-lui fête.
Perrette, nous irons au pré.

Perrette, nous irons au bois,
Belles futaies ont fait toilette,
Dessous frémit la violette,
Perrette, nous irons au bois.

Perrette, nous irons au bal,
Y danserons la chevillette
Puis de baisers ferons cueillette,
Perrette, nous irons au bal.


• Réf→Les plus belles pages de la poésie française / Biogaphies / Page 138

III-Formule

•Le poème se compose de trois quatrains à rimes embrassées
•Le premier vers de chaque quatrain est repris comme 4è vers
•Les deux vers médians sont composés sur une seule et même rime.
•Les vers extrêmes commencent tous par le nom : Perrette.
•Formule : A'BBA' - C'BBC' - D'BBD'
•Les deux vers médians étant féminins, l'alternance des rimes n'est pas observée au passage d'un quatrain au suivant.
•On a donc : m'ffm' -m'ffm' - m'ffm'
•Les vers sont des octosyllabes.

IV-Création de variantes

1♦Quatrains en octosyllabes à rimes embrassées avec premier vers féminin
•Formule : A'BBA' - C'BBC' - D'BBD'
•On obtient : f'mmf' - f'mmf' -f'mmf'

? Essai : Partons, Faty !

Faty, notre amour est à vivre
Loin des regards envenimés
De ces gens aux mots périmés.
Faty, notre amour est à vivre.

Faty, faisons fi des coutumes
Nous ayant longtemps opprimés !
Nos cœurs sont las d'être brimés.
Faty, faisons fi des coutumes !

Faty, trouvons une belle île
Aux rais par le ciel sublimés
Pour chanter nos discours rimés
Faty, trouvons une belle île !


2♦On peut opter pour un autre mètre : le décasyllabe, par exemple
•Premier vers masculin :
*A'BBA' - C'BBC' - D'BBD'= m'ffm' -m'ffm' - m'ffm'

? Essai  : A Fa.

Fa, ton départ a peint, de noir, mes jours
Pour inonder de pleurs mes nuits sans lune
O fleur fanée ; ô toi, ma douce  brune !
Fa, ton départ a peint, de noir, mes jours

Fa, mon ciel où point ne luit de soleil
Est, pour mes yeux, sans clémence aucune.
Je ne vois plus, étendu sur ma dune,    
Mon ciel où point ne reluit de soleil.

Fa, j'ai l'âme en lambeaux proie au chagrin
Tel un verdier, tout près d'une lagune,
Mourant, tout seul, sans frère d'infortune.
Fa, j'ai l'âme en lambeaux proie au chagrin.



•Premier vers féminin :
*A'BBA' - C'BBC' - D'BBD'= f'mmf' - f'mmf' -f'mmf'

? Essai : A quand le départ ?

O belle Fa, fleurette à peine éclose !
Ois-tu du ciel ma lugubre chanson
Au refrain se plaignant tel un basson ?
O belle Fa, fleurette à peine éclose !

O belle Fa que la tombe m'a prise
Vois-tu ce cœur flottant comme un glaçon
Sur la mer du chagrin, sans nul frisson ?
O belle Fa que la tombe m'a prise !

O belle Fa, la mort tarde à me prendre
Sur son aile vers toi ; mon paillasson
Ne veut plus de mon front sans un buisson.
O belle Fa, la mort tarde à me prendre.




3♦On peut varier la rime des vers médians er respectant l'alternance des rimes au passage d'un quatrain au suivant.
•Premier vers masculin :
*A'BBA' - C'DDC' - E'FFE' = m'ffm' -m'ffm' - m'ffm'

? Essai : Boire aux ruisseaux

Fatim, allons boire aux ruisseaux
Murmurant le long des pinèdes
Que sillonnaient les vieux aèdes !
Fatim, allons boire aux ruisseaux

Fatim, allons glaner des rimes
Pour charmer nos esprits lassés
De prose aux mots cadenassés.
Fatim, allons glaner des rimes

Fatim, allons humer l'air frais
Sur les sentes jadis battues
Par les muses de bleu vêtues.
Fatim, allons humer l'air frais




•Premier vers féminin :
*A'BBA' - C'DDC' - E'FFE'= f'mmf' - f'mmf' -f'mmf'

? Essai : Pour un bouquet de fleurs.

Zahar, voici la nuit d'hiver en robe blanche
Qui vient nous convier à son festin de roi
Où, de l'âme, le vers chasse tout désarroi.
Zahar, voici la nuit d'hiver en robe blanche.

Zahar, buvons de l'élixir des vieux recueils
Où la rime a le goût d'un vin à douce ivresse.
Nos esprits quitteront leur sombre forteresse.
Zahar, buvons de l'élixir des vieux recueils !

Zahar, allons courir à travers les beaux âges
Pour cueillir un bouquet des éternelles fleurs
Que durent arroser nos aïeux de leurs pleurs.
Zahar, allons courir à travers les beaux âges.





? Essai  où les premier et quatrième vers finissent par le verbe « aimer » en vue de continuer à enrichir le recueil collectif des Apéciens : « J'aime »

Amoureux

Zhor, vois le nid que j'ai bâti pour toi que j'aime
A l'abri, dans un bois d'éden au vert soyeux
Que fait briller l'astre du soir du haut des cieux !
Zhor, vois le nid que j'ai bâti pour toi que j'aime !

Zhor, ois le rossignol te dire que je t'aime.
N'est-il pas le témoin de nos cris enflammés ?
Il entend notre joie en vers bien déclamés
Zhor, ois le rossignol te dire que je t'aime.

Zhor, l'aube qui sourit te dit que mon cœur t'aime.
En chantant, le zéphir module les refrains
De mon âme qui court vers la tienne sans freins.
Zhor, l'aube qui sourit te dit que mon cœur t'aime.








La bandollière Fleurs08-f45fd

Fiche élaborée par

Flormed

Dame poésie ...Forme la bandollière ...Création personnelle...

image sur le net.

 

 

 

Dame poésie.

 

Je vais sur le chemin vers une poésie,

Dont la rime est un rêve et tout comme l’amour

On partage serein un vers brisant l’humour,

Je vais sur le chemin vers une poésie.

 

Ne vous déplaise ami, voilà tout de cet art

On le dit trop classique et c’est ce que j’adore,

Érato nous émeut d’un rien nous fait éclore

Ne vous déplaise ami, voilà tout de cet art.

 

Dans ce grand univers se trace d’une plume

Un trait de mots mielleux dévoilant des trésors,

Et l’ivresse du cœur qui vous foudroie alors,

Dans ce grand univers se trace d’une plume.

 

Maria-Dolores

 


22/03/2019
12 Poster un commentaire

Sur les hautes montagnes...Forme la Bandollière...Création personnelle Photofiltre studio

 

 

 

Sur les hautes montagnes

 

Voyage jusqu’au bout des plus hautes montagnes,

Dès que l’aube se lève au loin sur le chemin

Le jour offre un espoir et le soleil carmin

Voyage jusqu’au bout des plus hautes montagnes.

 

Dans cet espace écrin qui borde au gré du vent

Un alpage serein où tourne un circaète

On voit un ciel d’azur au-dessus de la crête

Dans cet espace écrin qui borde au gré du vent.

 

Lorsque brame le cerf dans l’émoi d’une ivresse

Dans l’ombre de la nuit quand s’endort l’horizon

L’instant charme l’esprit au fil de l’oraison

Lorsque brame le cerf dans l’émoi d’une ivresse.

 

Maria-Dolores

 


13/03/2019
14 Poster un commentaire

Raconte-moi une histoire...Forme la Bandollière...Création personnelle photofiltre Studio

 

 

 

Raconte-moi une histoire

 

Elle aimait bavarder, raconter une histoire,

Dans l’oubli de la nuit  suivait un apollon

Que charmait une muse en son regard si long

Elle aimait bavarder, raconter une histoire.

 

En habit de lumière elle offrait un chemin,

Embelli par la lune et la main qui caresse

Un peu plus le soleil dans un jour de tendresse,

En habit de lumière elle offrait un chemin

 

Et ce doux souvenir trouble encor ma mémoire,

Lorsque le soir venant envoûtant nos grands cœurs,

Elle enterrait sa vie en l’écho des vainqueurs

Et ce doux souvenir trouble encor ma mémoire.

 

Maria-Dolores

 


09/03/2019
17 Poster un commentaire

Vacances d'été (forme la bandollière)

 

 

 

 

 

 

 

 

http://poesis.forumactif.org/t2848-vacances-d-ete

 

 

 

 

 

Vacances d’été

 

Ces vacances d’été, la mer, oh souvenirs !

Les rires des enfants cavalant sur la vague

Et j’en faisais partie, élève qui  divague

Ces vacances d’été, la mer, oh souvenirs !

 

Ces vacances d’été ma grand-mère, n’oublie

M’offrant pour tout voyage un rire insouciant

Et le soir me contait, parfois  négociant…

Ces vacances d’été ma grand-mère, n’oublie.

 

Ces vacances d’été, que de bons souvenirs !

D’où ce rêve berçant d’une douce alizée

Tout contre me blottir sur l’onde apprivoisée

Ces vacances d’été, que de bons souvenirs !

 

Maria-Dolores

 

 

 

 


29/11/2012
6 Poster un commentaire

Rosée en Rose (forme la bandolière)

 

 

Rosée en rose

 

Rose sur ta parure ornant j’aime

La belle rêveuse, Ainsi soit-il ?

Ton parfum embaume, si subtil.

Rose sur ta parure ornant j’aime

 

Rose es-tu le symbole que j’aime ?

L’amour, sur les lèvres, m’effleurant

Lors la douleur sévit  transpirant

Rose es-tu le symbole que j’aime ?

 

Rose ta couleur m’enivre, j’aime

Quand l’air du temps se change en douceur,

La clarté luit fière sur mon cœur

Rose ta couleur m’enivre, j’aime.

 

Maria-Dolores


20/11/2012
6 Poster un commentaire