POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Les Duos amicaux.


La féerie de Noël...Duo Sybilla et Maria-Dolores ...Forme les stances...Image Pinterest

Féerie de Noël

 

 

La féerie de Noël

 

C’est un enchantement d’admirer ces lumières

Quand se posent charmés tous les yeux des enfants

Le regard ébahi par ces fêtes altières

Ils ressentent la joie aux souhaits étouffants.

 

En de vives couleurs, les guirlandes scintillent.

Tout autour, on entend la chaleur de doux chœurs

Chacun est subjugué, les prunelles pétillent,

Et ravive l’esprit de Noël dans nos cœurs.

 

Quelle belle euphorie aux enivrants vertiges

Ils gardent l’air joyeux au carrousel d’un soir

Et sont tous envoûtés par ces accords prodiges

Car la nuit fabuleuse apporte un peu d’espoir.

 

Souriant à la vie en ces heures tardives

Notre lune vermeille éblouit l’avenir

Des rêves éclatants aux lueurs exhaustives

Quand dorment les bambins d’un heureux souvenir.

 

Duo Sybilla et Maria-Dolores


09/12/2021
9 Poster un commentaire

Solitude infidèle ...Forme le sonnet ...Duo Maria-Dolores et Cecel sur Oasis...Image Pinterest

Solitude infidèle duo avec Cecel sur Oasis

 

 

Solitude infidèle

 

Valsez, beaux compagnons de joie et d’infortune,

Mes rêves étouffés vacillent sous vos chants.

Ils abreuvent mon cœur de tristes sentiments

Capables de pleurer pour flatter ma rancune….Cecel

 

Je vois ma solitude au regret de la lune

Affaiblir mes désirs dans ces déchirements

Dans le froid des hivers j’ai gré des châtiments

Quand l’ombre, de l’été, fuit l’ivresse commune…Maria

 

La crainte de la nuit, ce miroir ancestral,

Révèle ses secrets à mon regard rival

En sculptant âprement son image cruelle….Cecel

 

Mais le ciel est témoin de toute vérité

Que subit loin des yeux ma vaine humanité

Quand la source des pleurs vient noyer l’infidèle…Maria.

 

Maria-Dolores et Cecel


15/06/2020
8 Poster un commentaire

J'attendais ta saison...Duo amical ...poème classique.

 

Création personnelle sur Photofiltre studio 

 

 

 

 

J’attendais ta saison

 

Quand vient le crépuscule éveiller  ma détresse,

De te sentir perdu dans ce monde insensé,

Je dessine  l’instant dans toute ma faiblesse

Et me vois dans l’oubli sur mon cœur cadencé.

 

Quand les larmes d'hiver devinent ton visage

Qu'Au solstice de juin, n'avais que seul bercé,

Dans L'ombre de tes yeux, qui fait le paysage

De mon absent destin qu'en ton cœur s'est versé.

 

Je me noie en ton pleur où frémit le silence

Tes mots sont le reflet d’un esprit tourmenté

Je ne regarde plus de ton vœu l’excellence

Qui vient mourir le soir sous l’astre fragmenté.

 

Le spectre langoureux de ton plus beau poème

Coule d'automnes longs, de t'avoir espéré,

Et frissonnent mes mains d'un arôme bohème

De ma ligne venir ton secret préféré.

 

Dans l’ombre de tes mots  je me sens solitaire

Ô ! Poète entends-moi pour te parler d’amours,

Je ne suis que misère en l’œuvre tributaire

Qui tient à conquérir le vent de tes contours.

 

De ton ample regard laisse enfin la lumière

Sur mon cœur déposer la trace de ton corps

Qu'attendait ma saison pour refleurir entière

L'ombrage aérien de tes plus beaux accords....

 

Duo Rêve Lunaire et Maria-Dolores

 


10/08/2018
14 Poster un commentaire