POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

La chanson balladée


J'ai tout oublié....Forme la grande chanson Balladée ...Image Pinterest

J\\\'ai tout oublié forme la grande chanson Balladée

 

 

J’ai tout oublié…

 

J’ai perdu la mémoire enivrante chimère

Qui me pousse à meurtrir une ombre dans la nuit

Quand la lune convoite un silence à minuit

Je tiens tous les soirs un voile éphémère

Je n’écoute plus rien quand le monde s'enfuit

Sinon le doux déclin que déverse l’ennui

Je connais la rancœur d’un destin téméraire.

 

Me voici dépourvu de ce rêve d’ivresse

Que souhaite le temps qui me caresse

Dès que l’obscur s’endort vers la source d’espoir.

 

J’observe ce regard qui me laisse pantoise

Quand l’ondée a rendu l’âme courtoise

Je concède un chemin dans ce grand laminoir.

 

J’ai gardé dans mon cœur ce désir d’être mère

Telle bête à l’affût que le ciel a réduit

Dans le ru de mon antre au revers de l’oubli,

Quand chacun goûte une liqueur amère

On évite à regret la fragrance aujourd’hui

Dans le vent, je ressens ce trésor que séduit

Mon instinct dessinant ce souffle planétaire.

 

J’ai perdu la mémoire enivrante chimère

Qui me pousse à meurtrir une ombre dans la nuit

Quand la lune convoite un silence à minuit

Je tiens tous les soirs un voile éphémère

Je n’écoute plus rien quand le monde s'enfuit

Sinon le doux déclin que déverse l’ennui

Je connais la rancœur d’un destin téméraire.

 

Maria-Dolores


21/07/2021
10 Poster un commentaire

Une vie à l'horizon...Forme la moyenne Chanson Balladée ...Image Pinterest

Une vie à l\\\'horizon moyenne chanson balladée

 

 

 

Une vie à l’horizon

 

L’océan et le ciel nous tracent l’horizon

Sur sa face huilée éveillant la saison

On respire en amont dans le silence

Cette senteur d’iode où règne l’excellence.

La vie est cet aveu qui brûle sans raison.

 

Sous la lune éclairant les soupirs d’une femme.

On observe de loin ladite flamme

Lorsque le crépuscule embellit  chaque soir.

 

Sous l’éther on perçoit dans sa belle caresse

Le soleil endormi d’une tendresse

Révélant dans la nuit ce destin aussi noir.

 

On grave sur la plage un espoir d’oraison

Une douce prière en triste pâmoison

Souligne cet exploit d’obéissance

Que dévoile le temps d’une belle fragrance

Car le monde est couvert de toute floraison.

 

L’océan et le ciel nous tracent l’horizon

Sur sa face huilée éveillant la saison

On respire en amont dans le silence

Cette senteur d’iode où règne l’excellence.

La vie est cet aveu qui brûle sans raison.

 

Maria-Dolores


16/07/2021
11 Poster un commentaire

Vacances en confidences ....Forme la petite Chanson Balladée ...photo promenade des Anglais

Vacances en confidences

 

 

 

Vacances en confidences…

 

Chaque Été, nous voulons ce soleil

Ravivant dans nos cœurs les vacances

Et de goûter au sommeil

Le matin en belles confidences.

 

On aime aussi l’instant estival

Que l’on retient triomphal

On abreuve le temps de tendresse.

 

Mais s’élève une voix de dépit

En ces amours sans répit

La haine percevant la détresse.

 

On regrette souvent ces instances

Qu’imagine un rimeur d’un éveil

Que ruinent les circonstances

Dès, lors redoublant d’un bon conseil.

 

Chaque Été, nous voulons ce soleil

Ravivant dans nos cœurs les vacances

Et de goûter au sommeil

Le matin en belles confidences.

 

Maria-Dolores


14/07/2021
10 Poster un commentaire

Liberté poétique d' été....Forme la grande Chanson Balladée ...Image Pinterest

Liberté poétique d\\\'été grande chanson balladée

 

 

 

Liberté poétique d’été

 

On connaît l’univers aux couleurs de l’été

Quand l’astre dans le ciel vient briller de sa flamme

Révélant la chaleur dans la froideur d’une âme

Que ravit la saison de volupté

On écoute parfois le chant sous l’oriflamme

Nul ne veut plus apprendre un plus grand mélodrame

Et vient nourrir sans faim sa chère liberté.

 

La nature a posé son regard sur la vie

Sous la canicule, on signe en survie

Et meurent le matin quelques épis de blé

 

Maintenant, que l’instant sème une poésie

La muse prône une philosophie

Ameutant tout rêveur qui se sent accablé.

 

Le poète a pour l’heure en toute vérité

La douceur que chérit l’aisance d’une femme

Qui rougit avec soin à l’ombre que l’on clame

A troublé le jour de ténacité

Quand l’aube immaculée a charmé notre dame

Il lui faut oublier cet écrit d’un calame

Partageant sur la page une finalité.

 

On connaît l’univers aux couleurs de l’été

Quand l’astre dans le ciel vient briller de sa flamme

Révélant la chaleur dans la froideur d’une âme

Que ravit la saison de volupté

On écoute parfois le chant sous l’oriflamme

Nul ne veut plus apprendre un plus grand mélodrame

Et vient nourrir sans faim sa chère liberté.

 

Maria-Dolores

 


10/07/2021
10 Poster un commentaire

Que le glas sonne !...Forme la moyenne chanson Balladée....image sur le Net ...

Que le glas sonne ! moyenne chanson balladée

 

 

Que le glas sonne !

 

C'est d'un éclat qui le sublime

Et donne l'heure ouvrant l'abîme

L'instant est vain.

Il est même un rêve divin

Auquel le glas sonne l'ultime.

 

Il faut aller vers l’angevin,

D’un cher devin

Qui du labeur veille sans prime.

 

Le temps s’égrène en son destin,

Fuyant d'instinct

Quand d’un court souvenir l’anime.

 

Puis noie en l’onde une victime

Dans l’univers tant il déprime

Du vol sylvain*.

Recherchons-nous un écrivain

Au cœur brisé par peu d’estime ?

 

C'est d'un éclat qui le sublime

Et donne l'heure ouvrant l'abîme

L'instant est vain.

Il est même un rêve divin

Auquel le glas sonne l'ultime.

 

Maria-Dolores

 

 

 

 

sylvain* Petit oiseau scolopacidé (chevalier),

nichant en Europe du Nord, de passage en France au cours de ses migrations.

 


06/07/2021
8 Poster un commentaire