POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Le Malhoun


Vivants d'amour...Forme le Malhoun...Création Personnelle Photofiltre Studio

 

 

 

Vivants d’Amour !

 

Qu’avez-vous ? Ô pleurs, déni dans vos cœurs ;

Amour volage !

 

La dérision fait tous ces bonheurs

Qu’elle enjolive,

Dans sa dérive

À l’ennui parfumant sur ces odeurs,

 

Qu’avez-vous ? Ô pleurs, déni dans vos cœurs ;

Amour volage !

 

Sans un nuage

Que seraient les instants de ces rayons,

Au soleil illuminant les sillons

Du noir message.

 

Qu’avez-vous ? Ô pleurs, déni dans vos cœurs ;

Amour volage !

 

Nous sommes parfois de quelques malheurs.

De récidive

La vie active,

N’oublions pas tous ces laids trimardeurs…

 

Qu’avez-vous ? Ô pleurs, déni dans vos cœurs ;

Amour volage !

 

Âme esclavage

Libérée à l’éclair des visions

Où naissent de ces désillusions

D’un fort adage

 

Qu’avez-vous ? Ô pleurs, déni dans vos cœurs ;

Amour volage !

 

Maria-Dolores

 

 

 


07/01/2019
10 Poster un commentaire

Sous pulsions d'émotions...Forme le Malhoun...Création Personnelle Photofiltre Studio

 

 

 

Sous pulsions d’émotions…

 

La complicité s’ose exposant la parole

L’intimité des corps à la sensation,

 

Nul n’instruit plus ce monde à ce cœur qui s’immole

Quand l’amour sent flétrir une invitation,

Démones nuits, vibrant que fut ma passion ?

N’ébruitant sa faiblesse à ce sort lui survole ;

 

La complicité s’ose exposant la parole

L’intimité des corps à la sensation,

 

Et que puise notre âme abritant l’auréole

Suivant son pas feutré d’une création

Libère sous les doigts, cette oscillation

Dont la clarté s’émeut et du rêve s’envole.

 

La complicité s’ose exposant la parole

L’intimité des corps à la sensation.

 

À d’autres j’ai donné ce qui n’est qu’un symbole ;

Sauront-ils écouter ma voix sous pression ?

Entendu puis compris ; Silence émotion !

Je parcours mon chemin comme une farandole…

 

La complicité s’ose exposant la parole

L’intimité des corps à la sensation.

 

Quand enfin vers le tard dans ce plumier m’isole

 Sur le vélin perlé traçant l’instruction

Sauriez-vous reconnaître en nulle intention

Votre vœu pour image en folle parabole :

 

« La complicité s’ose exposant la parole

L’intimité des corps à la sensation ».

 

Maria-Dolores

 


23/12/2018
6 Poster un commentaire

Osez...Elle fume ! Forme le Malhoun...Création Personnelle Photofiltre Studio.

 

Osez …Elle fume !

 

Elle se consume en cette fumée

Mon addiction

 

Elle fut une copine humée,

Sans abonnement

Du premier moment

Puis du temps elle loge accoutumée

 

Elle se consume en cette fumée

Mon addiction

 

L’abdication

Et que ne devint d’elle une promesse

Réitérée en vœux de ma prêtresse

Sa suggestion

 

Elle se consume en cette fumée

Mon addiction

 

Dès le matin cette odeur est blâmée

Nul ménagement

Oser lentement

La sérénité n’est pas présumée

 

Elle se consume en cette fumée

Mon addiction

 

En conviction

Sûr qu'elle s’éternise en la faiblesse

Dans la vision ma seule détresse

Sans prétention

 

Elle se consume en cette fumée

Mon addiction

 

Maria-Dolores

 


21/12/2018
8 Poster un commentaire

Que soit vision, prémonition !... Forme le Malhoun...Création personnelle Photofiltre studio...

 

Que soit vision, prémonition !

 

 

Ai-je rêvé du jour la fin?

Qu’il ne fut pas de ce silence !

 

Vision, prémonition…

Un seul dessin fuyant Hautain,

De ce don du regret s’invente

Que je hais dans une tourmente !

Aux sens égarés le matin.

 

Ai-je rêvé du jour la fin?

Qu’il ne fut pas de ce silence !

 

Vision, prémonition…

Au seuil l’instant de mon errance

D’une douleur filtrant la voix

Éteinte au soir sur toutes croix

Que je songe à cette présence

 

Ai-je rêvé du jour la fin?

Qu’il ne fut pas de ce silence !

 

Vision, prémonition…

Elle est là ! Qu’il demeure vain

Du rêve aucune échappatoire,

Taisant ma crainte et mon histoire,

Qu’offrant ce trouble au seul devin !

 

Ai-je rêvé du jour la fin?

Qu’il ne fut pas de ce silence !

 

Vision, prémonition…

Ai-je à l’âme encore une essence ?

Tant l’horreur vit au corps l’émoi.

Fièvre est elle seule ! Est-ce moi ?

Responsable à cette nuisance !

 

Ai-je rêvé du jour la fin?

Qu’il ne fut pas de ce silence !

 

Maria-Dolores

 

 


15/12/2018
7 Poster un commentaire

L'emprise des mots...Forme le Malhoun...Création personnelle photofiltre Studio ...

 

 

 

L’emprise des mots

 

Il brûle à mon âme un subtil jeu de mots

Des plaisirs, chemin annonçant une lutte.

 

Danse frénésie émeut en des hameaux

Le  Flot  percutant  à ce ressac je sombre

Viennent  tes désirs ne traînant aucune ombre

En plume brillante et sous d’aucuns grimauds.

 

Il brûle à mon âme un subtil jeu de mots

Des plaisirs, chemin annonçant une lutte.

 

Je ne peux  sur l’heure  imaginer la chute

En tel pèlerin, de ton bras guide-moi

Du fait je ferai puis de même pour toi

Préservant  nos cœurs de ce trouble volute.

 

Il brûle à mon âme un subtil jeu de mots

Des plaisirs, chemin annonçant une lutte.

 

Dans un nid orné,  poserons nos clameaux

En salon privé, nos secrètes alcôves

Couvant l’oraison de nos ondines fauves

L’ivresse affaiblit l’ombre de tous les maux.

 

Il brûle à mon âme un subtil jeu de mots

Des plaisirs, chemin annonçant une lutte.

 

Les saints clameront en ce ton de leur flûte

Nos deux corps noyés  aux  ébats d’une aisance

Éteindront nos bruits, brève luminescence,

D’un respect silence en ce trait nous affûte.

 

Il brûle à mon âme un subtil jeu de mots

Des plaisirs,  chemin annonçant une lutte…

 

Maria-Dolores

 

 


10/12/2018
6 Poster un commentaire