POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Poème mis en image d'autres plumes

Vos poèmes en image pour ceux qui le souhaitent, ils peuvent me demander de mettre dans cette catégorie amicalement...


À Maria...de Mohammed Zeïd...Forme le sonnet Français...Mise en page de Mohammed Zeïd ...Poème d'autres plumes.

amaria12

 

 

 

À Maria

Je vois ta joie, en ce jour clair, cueillant le fruit
Que ton esprit si vif a fait mûrir dès l'aube.
Son parfum, tel un vent, fait frissonner ta robe,
Sa douceur de saphir, entre tes yeux, reluit.

Partager ton bonheur, c'est convier la nuit
À se parer de tous ces feux pour cette daube
Jaillissant de tes mains et que rien ne dérobe
À la vue égayée aimant le mets bien cuit.

Tes lecteurs vont, c'est sûr, y trouver jouissance
Certains peuvent s'offrir une bachique danse
Pour fêter la venue au soleil d'un joyau.

Ton amour pour les mots perlés de calcédoine
Ciselés au rifloir et  non point au hoyau.
Aveugle qui ne voit la fleur mais la cétoine.

 

 

Mohammed Zeïd


03/10/2019
10 Poster un commentaire

Te voilà revenu...Poèmes à plusieurs plumes...Image Photofiltre Studio

le retour de note ami et professeur

Mohamed Zeïd dit Flormed

sur Poésis.

 

 

 

 

Si l'envie vous prend de continuer

 

Te voilà revenu…

 

Les soucis se sont dissipés

Non sans nous avoir étripés.

Le cœur palpitant de plus belle

Implore une grâce éternelle.

Te voilà revenu

 

Ton retour nuit aux embarras

Les désirs de tendre les bras,

Serrer le porteur de nouvelle,

Mouillent largement ma prunelle

Te voilà revenu

Derdour Ahmed

 

Nous avons tant gardé  l’espoir

Dans ce silence il faisait noir,

Heureusement mon cœur en joie

A retrouvé tes mots  de soie,

Te voilà revenu.

 

Je voudrais bien tout oublier

Du chant venu me dépouiller

D’une amitié que le temps creuse,

Mais je me sens bien trop heureuse,

Te voilà revenu.

Maria-Dolores

 

Comme un bel oiseau migrateur

Tu reviens joyeux créateur

Ta plume aux teintes chatoyantes

Offrant des strophes accueillantes

Te voila revenu

 

Je suis émue,en cœur d’enfants

De lire vos arts triomphants

Ce filament tissant la soie

Comment, décrire cette joie?

Te voila revenu

 

Au fil du temps, un doux parfum

Sur le site d'un séraphin

Une belle amitié naissante

Une émotion grandissante 

Te voila revenu

Béatrice…

 

Les cloches sonnent l’angélus

Dans le ciel chante un clair laïus

L’ambassadeur de la nouvelle

Offre une rime en ritournelle

Te voilà revenu.

Maria-Dolores

 

Tu jaillis ,croissant de l'Aïd

ô Grand Frère Mohamed Zeïd 

Du minaret  vibre l'Adène

Le fakir récite" Arrahmène "

Te voilà revenu

 

Harpe d'Ossian à la main

Modulant l'enivrant refrain ,

Le front haut,ceint de marjolaine , 

De beaux vers tu sèmes la plaine 

Te voilà revenu

Luthoriental

 

La joie est revenue un soir

Béni, car j'ai pu t'entrevoir.

Le lendemain revit mon âme

De l'amitié brûle la flamme !

Te voila revenu !

Stellamaris

 

Un retour de tous envié

Pour n'être que bien convié

Combien chacun de nous l'espère

Pour bien retrouver son repère

Te voilà revenu !

 

A tous vos chants je viens pied-nu.

Pour ne jamais être chenu

Je le dis en poète en herbe

Ne sachant raviver le verbe

Te voilà revenu !

Bentahar Ahmed.

 

J'ai respecté ton long silence

Mais en souffrant de cette absence.

Aujourd'hui je bénis le ciel

De nous offrir l'or et le miel...

Te voilà revenu !

 

En voyant voler les mésanges,

Je priais Dieu parmi les anges

De t'accorder la guérison

Pour terminer la fenaison !

Te voilà revenu !

Annie

 

Privés de ton savoir

Nous étions dans le noir

Longue fut ton absence

Merci de ta présence

Te voila revenu

Roger

 

 

En un bel apparat,avec la joie en prime,

Offrant ce beau rubis, souverain de la rime

Lors de votre retour, nous serons épatés.

Revenez parmi nous, soleil de nos étés !

Ô grand maître reviens !

Sybilla

 


14/09/2019
13 Poster un commentaire

Un appel...Forme stances...poème classique à plusieurs plumes...Poésiens et Apéciens...Et réponse de notre ami Flormed...

 

Un appel

 

Depuis que le hasard sur mon chemin t’a mis

Tu m’as, Flormed, reçu parmi tes bons amis.

Tu me manques ! L’absence a longuement duré.

Ton éloignement, Cher, m’a beaucoup effaré

Ô, Grand maître, reviens ! A Derdour

 

Et le divin orchestre attend son maestro

Pour jouer en concert un si beau crescendo

Le noir Piano piaffe étendant vaines touches

Et le triste refrain meurt sur nos froides bouches

Ô grand maître, reviens ! Luthoriental

 

Reviens, nid paternel nous couver de tendresse

Sans Toi pleurent sonnet zajel virelai, laisse

Prends ton si charmant Luth et comme Abdelwahab

Frôle un air enivrant Princesse et son Nabab -

Ô grand maître, reviens! Luthoriental

 

 

Les Apéciens du site ont tous gardé l’espoir,

Que tu surgisses là pour éclairer ce noir

Dans l’ombre de la nuit où chacun de nous guette

Ton message ou tes mots qui nous mettraient en fête

Ô, grand maître, reviens ! Maria Dolorès

 

J’ai tenté maintes fois de t’écrire l'ami

Mais les mots sont restés sans aucune réponse

Et depuis quelques mois du silence soumit

À ton étrange absence on espère une annonce

Ô, grand maître, reviens ! Maria-Dolores

 

J’ai beau chercher partout sur la toile un indice

Dissipant le brouillard qui cause préjudice

Au site et aux amis de notre professeur

Éminent Mohammed. Plus d’un appel du cœur

Ô, Grand maître, reviens !  A Derdour

 

Ont été lancés sur UGM, sur le Palmier rêveur,

Cependant pas d’écho. Pas un seul bienfaiteur

Pourtant Flormed est bien poète extraordinaire.

Tout comme eux, du Maroc, Zeid est originaire !

Ô Grand maître reviens !  A Derdour

 

Tous ses appels touchants sont aussi douloureux

Alors ils m'interpellent, Qu'il est dur ce silence,

J'aimerais vous connaître en vos vers savoureux

Qui charment les auteurs clamant votre excellence

 Béatrice.

 

 

 

Notre cher maître et ami nous à répondu

 

 

Me voilà revenu !

 

Votre appel est venu, défiant monts et mers,

Chatouiller mon esgourde à l'oreiller collée.

Ô braves chevaliers ! vous que, de sa colée,

Calliope a bénis, séchez mes pleurs amers !

Me voilà revenu !

 

L'air frais de notre îlot où se mire la lune

Qui vous sourit vaut mieux qu'un suave élixir

Servi par une main d'ange pour dénoircir

Le front ridé d'un saint, ses mots seule fortune.

Me voilà revenu !

 

Mon bourriquet boiteux ne peut à vos pégases

Se mesurer. J'ai toujours su que boire à l'eau

D'Hippocrène est un don que l'illustre Boileau

Dut cultiver. Mu par son art, je fuis mes cases.  

Me voilà revenu !

 

Là, parmi vous, je vis d'agréables instants.

Rossignols et serins ainsi que geais et merles

Au doux concert, font miroiter les belles perles

De rosée au lever. -Volupté des tristans-

Me voilà revenu !

 

Je vois ouverts les bras, rayonnantes les mines.

Ô bonheur! l'amitié, ce diamant que rien

Ne souille, brille ici. Ce monde lunarien

Que j'aime, me soustrait de mes sombres chaumines.

Me voilà revenu !

 

Poésis, mon amour, oui! tant que je respire

Je te reste loyal. La lyre des amis,

Me nourrit de son vin. Chers bardes, c'est promis!

Point je ne quitterai votre honorable empire

Me voilà revenu !

 

Un appel - Page 2 Signat10

22-08-19

 

 

 


26/02/2019
23 Poster un commentaire

Grand est cet univers…poèmes mit en image d'autres poètes...Ahmed Bentahar...

Grand est cet univers...Bentahar Ahmed..jpg
Image de Damien Barboni
sur Facebook 
 
 
 
 
 

Grand est cet univers…

 

Faible homme ne dis rien, grand est cet univers,

Qui fait peur d'un demain, où nombreux font la roue,

On ne sait tout ce jeu de la paume au revers,

N'a-t-on dit qu'un canard ne patauge à la boue ?

 

Aussi bien que tu peux ne te montre pédant,

Au dessus d'un savant, j'en ai vu de plus sage,

Sois modeste et gentil, ne sois plus chambardant,

Ce qui manque à nous deux, ce n'est d'être à la page !...

 

En ce monde maudit, ne sous estime aucun,

Puisqu’un fleuve à lui seul peut-être bien plus riche,

Qu’une mer et ses fonds comme a dit ce quelqu’un,

Car on ne sait jamais où celui-ci se niche...

 

Je ne dis que je sais, de ce vaste savoir,

Qu'un peu d'un tout petit m'éloignant de la mer

Regarde sa grandeur -- avant de venir voir,

Ce petit que je suis--, devant son flot amer !...

 

Le grain de sable est rien, dis-tu, c’est bien futile ?

Mais sais-tu cependant, que de lui sont bâtis,

Les montagnes et monts et chacun est utile,

Sur un monde couvert dirait-on d'isatis !...

 

Telle la goutte d’eau puis celle d’une larme,

-- Ton savoir et le mien, ne sont certes plus rien --

L'une à l'autre assemblée, éteignant une flamme,

Nos esprits réunis, tous deux servent très bien….

 

Ahmed  B., le 04.04.2017.

 


08/04/2017
9 Poster un commentaire

Avant-dire du jour...Forme l'acrostiche...

Avant dire du jour...Calendrin.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Avant-dire du Jour.

 

 

Lorsque le Soleil vint par dessus l’horizon

Un trouble se défit devers ta source claire.

Des Oiseaux, deux par deux, pour ne pas me déplaire,

Ivres de tes yeux verts - mon arrière-saison -

Virent tes doux trésors envahir mes silences.

Il est des jours heureux comme "des" cadeaux.

Nonchalamment le lit dégrafa ses rideaux

Et tes rires perlés se firent récompenses.

 

Calendrin...


11/07/2017
8 Poster un commentaire