POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Poésie autour des mots ...Forme le sonnet Français...Mise en page de Flormed

md210

 

 

 

 

Poésie autour des mots…

 

Quand j’ai prêté ma voix à ce très beau poème

Dans ce silence obscur un auditoire attend

Tous ces doux mots offerts dans un chant éclatant

Que cueille en ton jardin une fleur de bohème.

 

Puis l’espoir a souri dès l’aube d’un  « on aime »,

L’assistance éblouie au parfum exaltant

Applaudit à la fin du dernier vers chantant,

Car la lune a soufflé ma folle oraison même.

 

L’euphorie a comblé mon désir de clamer

Tout écrit composé de vous pour m’enflammer

Sous les doigts ingénus dans l’esprit d’un poète.

 

C’est ainsi que l’on rêve au plaisir d’Érato

Qui voyage souvent sur ru d’une bluette

Ô  muse si fière au son d’un vibrato !

 

Maria-Dolores


28/10/2019
14 Poster un commentaire

Frimas d'octobre...Forme le sonnet Français ...Image de Damien Barboni...

Frimas d\\\'octobre

 

 

 

 

Frimas d’octobre.

 

Octobre a tant pleuré sur les bords de mon cœur

Que le ciel ce  matin luit dans la paix de l’âme,

Je ressens la chaleur que ravive une flamme

Dans le froid de l’hiver délaissant la rancœur.

 

J’ai noyé dans l’ivresse un instant de bonheur

Pouvait-on ressentir ce souhait d’un calame ?

Posant sur le vélin un doux vers que l’on clame

Le poète renaît  au rythme d’un flâneur.

 

Le festin de l’esprit est un moment de grâce

Où le temps de penser souffle au vent si vorace

Tenant en équilibre à l’écrit d’un sonnet.

 

Puis l’ange vient se perdre en cette aube naissante

Au courroux d’un frimas délectant un benêt ,

Car Érato s’éveille en chimère innocente…

 

Maria-Dolores


27/10/2019
14 Poster un commentaire

L'audace....Forme le sonnet Français ...Image de Damien Barboni améliorée par Flormed sur Poésis.

L\\\'audace gif

 

 

 

 

L’audace

 

Elle est une rencontre un rien audacieux

Dans le ciel constellé par des milliers d’étoiles

Éclipsant le soleil sous de brillantes toiles

Invitant un poète en son corps gracieux.

 

Erato vient dormir dans l’antre spacieux

Sous la nuit déposant une brume de voiles

Quand l’audace défie au regard de nos moelles

On devine l’espoir sous d’immuables cieux.

 

Elle est muse fidèle au charme de l’automne

L’assurance naissante en sa vigueur l’étonne

Elle cherche un élan pour l’ultime combat.

 

Lui faut-il à son tour que la reine chérisse !

Amenant un amour vers l’aède au grabat

Car nulle âme impudente en l’aplomb ne se glisse.

 

 

Maria-Dolores

 


24/10/2019
16 Poster un commentaire

dépendance aux mots ....Forme le sonnet Français ...Image sur le Net....

Dépendance aux mots

 

 

Dépendance aux mots

 

Les vers  coulent en moi tout comme une évidence,

Seraient-ils un plaisir à choyer mon grand cœur ?

Défilant sous mes yeux  dont  ma plume liqueur

Dans ce bel encrier puise une dépendance.

 

Érato m’a séduite en grande confidence

De mon désir d’écrire un regret arnaqueur

Qui fait briller les mots au vélin d’un laqueur

Où souffle le verrier dans sa belle faïence.

 

La poésie est charme amoureuse la nuit

Dans l’ivresse mon âme éveille sans ennui

La peinture égalée à mon aube vermeille.

 

Puis voici le poème écrit sur parchemin

Que l’aède a bâti quand la soif se réveille

Éclairant dans l’Olympe une fleur de jasmin.

 

Maria-Dolores


21/10/2019
8 Poster un commentaire

Poésie sous l'orage....Forme le sonnet Français....Image sur le Net ...

poésie sous l\\\'orage

 

 

 

Poésie sous l’orage.

 

Il défroisse le ciel la lumière est solaire,

Le passant, dans la rue, a son lourd pardessus,

On ne sait pas vraiment si la pluie ordinaire

Sèmera dans le vent de réels aperçus.

 

La vigueur de l’orage aura pour tributaire

Tous les flots déferlants aux versants trop déçus

Par l’ivresse du temps qui suivra sa colère

Aux peupliers courbés souffrent leurs corps ossus.

 

Le regard du poète exprimant une rime

A souvent trop de mal à chasser sa déprime

Quand sur l’instant s’envole un aigle à l’horizon .

 

Mais l’automne et le vent charmeront une plume

Quand le soir nul ne fuit le chant d’une oraison

Du seul jour où la muse a pleuré sous la brume.

 

Maria-Dolroes


18/10/2019
10 Poster un commentaire