POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Le sonnet marotique ou italien.


Un peu d'humanité....Forme le sonnet Marotique ...Image Pinterest...

Un peu d\\\'humanité

 

 

 

Un peu d’humanité…

 

Quand s’offre à moi l’écho le prix de l’excellence,

J’aime poser la clé dans le creux de ton cœur

Et me dire qu’enfin  j’ai charmé ta rancœur

Qui jamais ne faiblit le soir dans ton silence.

 

Souffres-tu mon amour d’une vague indolence ?

Où les maux de ton corps troublant à contrecœur,

L’épreuve persistante à l’esprit peu flatteur

Rejoint dans la douleur sa triste virulence !

 

J’aimerais partager une complicité

Mais ton cri que réclame un grain d’humilité

Me fait froid dans le dos regrettant ma faiblesse.

 

Je trace sur la page un peu d’humanité

Quand je te vois dormir sous ta virilité

J’exprime le délice en ta vive tendresse.

 

Maria-Dolores

 


28/06/2020
6 Poster un commentaire

Sous ta coupe....Forme le sonnet Marotique...Image sur le Net...

Sous ta coupe

 

 

 

Sous ta coupe

 

J’ai le souffle coupé tant, j’espère à te voir

Mon amour, je te sais si souvent infidèle

Regarde-moi trembler sous ta coupe mortelle

Quand tes coups sur mon corps ont bien tout le pouvoir.

 

Tu me rends si docile émotive le soir,

Mon cœur cogne si fort dans la nuit informelle

En cet instant fugace où mon âme rebelle

Se refuse à penser que je vis par devoir.

 

Je regrette aujourd’hui de pleurer sur ta tombe

Mais j’ai pris le couteau voici que l’on succombe

À nos destins communs, je t’ai donné la mort.

 

Les juges ont conclu que j’étais bien trop folle,

De vouloir m’échapper, je n’eus plus le contrôle.

Je reste énigmatique au secret de mon sort.

 

Maria-Dolores


26/06/2020
3 Poster un commentaire

Chaud l'été...Forme le sonnet Marotique...Image Pinterest

Chaud l\\\'été

 

 

 

 

Chaud l’été

 

Voici le premier jour où s’annonce l’été

Or, une canicule envahit tout l’espace

C’est en juin que naît la saison si vivace

Sous l’effet estivant en surréalité.

 

La plage dans ce flot a pour banalité

Tous ces gens étrangers sans mesurer l’audace

Dont le comportement qui n’est plus efficace

Trouble au bout de la vie une légèreté.

 

Car la Covide est là, nul ne tient la distance

Entre toute personne écartant par outrance

Le possible virus qui poursuit son chemin.

 

Nous faut-il à présent voir une pandémie ?

Retrouvant en tout lieu toute une épidémie,

On se garde pourtant de parler de l’humain.

 

Maria-Dolores


23/06/2020
8 Poster un commentaire

Pour mon père...Forme le sonnet Marotique...Photo personnelle...

Pour mon père

 

 

 

 

 Pour mon père

 

Or, j’ai bien souvent mal en pensant à mon père

Celui qui me vit naître au tout commencement

Je garde en souvenir l’amour pour talisman

Qu’il m’avait bien offert, sous le charme il opère.

 

Dans l’infini cosmos j’ai perdu tout repère

Quand la nuit me l’impose en ce grand firmament

Je n’ai que des regrets au fond de mon tourment

Et j’ai jeté l’éponge au tombeau son repaire.

 

Mais personne ne sait le courant de la foi,

Le silence ébruitant quelque peu mon émoi

Je me prends à trembler devant mon grand déboire.

 

Maintenant que le soir vient soumettre mon cœur

Au reflet du miroir défiant ma rancœur

Je ne suis que l’instant où s’émeut la mémoire.

 

Maria-Dolores


19/06/2020
12 Poster un commentaire

Sous la branche d'un if...Forme le sonnet Marotique...Image Pinterest...

Sous la branche d\\\'un if

 

 

 

Sous la branche d’un if

 

Une lumière inonde une sombre prairie

Où la biche apparaît sous une frondaison,

Que baignent les rayons à la belle saison

Plus de bruit plus d’orage et plus d’intempérie.

 

Sous l’orée éphémère en toute rêverie

La faune vient livrer l’heure d’une oraison

Qui réveille l’esprit offrant l’inclinaison

D’un chemin arborant une tendre féerie.

 

Je me vois exprimer au cœur de la forêt

Quelques mots ébahis dans le plus grand secret

Sous la branche d’un if lorsque ma voix remonte.

 

On dépeint sous la plume en nos doigts aguerris

Un sonnet pour Marot sur ses tons favoris.

Enivré d’un parfum un poète nous conte.

 

Maria-Dolores


17/06/2020
10 Poster un commentaire