POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

La rotrouenge





Lever de soleil...Forme la Rotrouenge...Image Pinterest...

Lever de soleil

 

 

 

Lever de soleil…

 

Dans l’infini cosmos on perçoit une image,

Éblouissant la nuit d’une lune bien sage

Et les monts enlacés nous charment d’un mirage,

Lorsque naît le soleil.

 

Dans l’enfer d’un été se dévoile son ombre,

Animant sans un bruit les matins que dénombre

Une aurore vermeille au cœur d’une pénombre,

Fuyant le grand soleil.

 

Mais voici la fraîcheur d’une douce rivière,

Embaumant ce bouquet d’une belle prière

Ensorcelant le bois au fond de la clairière,

Qui luit sous le soleil.

 

Le poète a laissé dans le vent une audace,

Inspirant dans le ciel un esprit perspicace

Dont la plume décrit un amour fort vivace,

Au lever du soleil.

 

Maria-Dolores


30/05/2020
4 Poster un commentaire

Danse...Forme la rotrouenge ...Image Pinterest...

Danse

 

 

 

Danse

 

Dans la vague du soir ils sont sur un nuage

Sous la musique folle ils font ce grand voyage

Où la salle en émoi n’a d’yeux que pour mirage

Leur beau corps sensuel.

 

Sur la piste s’élance une vague océane,

Où s’étendent les cœurs à la joie occitane,

On écoute leurs pas troublant la courtisane

Au regard sensuel.

 

Ils dansent tous les deux d’une flamme d’ivresse,

Obstinés à garder sur leur peau la caresse,

D’une vue admirant cette belle prouesse

D’un éclat sensuel.

 

Mais voici le tempo qui s’éteint dans la salle

Les feux des projecteurs dans l’heure glaciale

Fascinent sous le ciel la lueur abyssale

Tendre amour sensuel.

 

Maria-Dolores

 


29/05/2020
4 Poster un commentaire

Bellâtre...Forme la rotrouenge...Image Pinterest...

Bellâtre

 

 

Bellâtre

 

L’homme a pour caractère un regard ténébreux,
Ses yeux hypnotisant votre cœur langoureux,
Il est beau si charmant qu’on en tombe amoureux
Et chavire votre âme.

 

Cet esprit chancelant ne connait plus la peur
Puis se laisse porter dans la vive stupeur
Laissant un songe amer sortant de la torpeur
Que dépose son âme.

 

Quand ce bel Apollon divulgue son humeur
On regrette très vite en son for la rumeur
Qui se veut trop facile auprès d’un grand frimeur
Ô bellâtre sans âme !

 

Jamais on ne verra le chemin du plaisir,
Quand s’étendent les maux dans l’espoir d’un désir,
Cet amour nul ne tient, sans honneur s’en saisir
En faiblesse dans l’âme.

 

Maria-Dolores


25/05/2020
6 Poster un commentaire

Le chemin de la vie ....Forme la Rotrouenge....Image Pinterest...

Le chemin de la vie

 

 

 

 

Le chemin de la vie

 

La ville sans un bruit dans la noirceur céleste,

Peint sous le réverbère un joli pont d’amour,

Les amants de la nuit rêvent au ru modeste,

Sur la voie élégante où prône sans détour

Le chemin de la vie.

 

Sur les murs on perçoit comme une forteresse

Où s’éveille un poète en sa plume, il écrit

Quelques mots sur la page en lettres de noblesse,

Il achève en secret son plus beau manuscrit

Cachant toute une vie.

 

La rivière est en paix reflétant la lumière,

Sous une douce lune apparaît l’œuvre d’art.

Dès demain une muse à l’âme coutumière

Charmera le soleil de son plus beau regard,

Au parfum d’une vie.

 

J’aimerais oublier tout ce fond de misère

Qui sévit maintenant sur les bords du trottoir,

Et tous ces affamés ne font plus la prière

Dans la rue il faut fuir se terrer dans le noir,

Ce n’est plus une vie.

 

Maria-Dolores


22/05/2020
6 Poster un commentaire

Mur de fleurs....Forme la rotrouenge...Image Pinterest...

Mur de fleurs

 

 

 

Mur de fleurs

 

C’est tout un mur garni de bouquets pleins d’amours

Pour ne pas oublier dans le plus grand silence

Le parent ou l’ami que l’on vient pour toujours

De perdre au clair matin sans aucune éloquence

Que cache le chagrin.

 

On écoute le vent semant sur le chemin

Ces quelques souvenirs venus d’une odyssée

Afin de ne plus suivre à jamais l’inhumain

Faisant gémir celui d’une amère pensée.

Priant dans le chagrin.

 

Les fleurs vont tapisser un matin la paroi,

Attentif à la voix que l’on a tant aimée

Mais peut-on réfléchir avec ce désarroi ?

Dans le froid d’un caveau sa vie inanimée,

N’offrant que le chagrin.

 

Le poète est resté dans l’hiver de ses mots

Se posant lentement sur une page blanche

Enveloppant la nuit de ces quelques échos

Qui sèment la douleur où souffle l’avalanche

De ce profond chagrin.

 

Puis voici que le jour déplore un chant divin,

La rose s’est fanée à l’ombre d’une pierre

Laissant dans la furie une âme à l’esprit vain,

Mais chacun reste là fermant une paupière

Ô larme du chagrin !

 

Maria-Dolores


21/05/2020
2 Poster un commentaire