POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

forme le sonnet espagnol


Souvenir d'écolière ...forme le sonnet Espagnol...Image Pinterest ...

Souvenir d\\\'écolière

 

 

 

Souvenir d’écolière…

 

Lorsque j’étais enfant sur le banc de l’école

Je me revois assise auprès du tableau noir

Pour écrire les mots du maître en protocole

Sur un joli cahier au plaisir d’un devoir.

 

Respirant le matin la chaleur du silence

Il me revient toujours ce tendre souvenir

De l’enfance joyeuse au rythme d’excellence

Qui trouble encor mon cœur face à mon avenir.

 

De mes doigts, je trempais dans l’encrier la plume

Pour dessiner la lettre en penchant le regard

Vers celui qui soufflait un grand trait pour coutume.

 

Je suis l’écolière et je peins sans retard

L’alphabet sur la page où s’éveille sans brume

La belle tache d’encre épongée au buvard.

 

Maria-Dolores

 


28/02/2021
12 Poster un commentaire

La méditerranée ...Forme le sonnet Espagnol....Image Pinterest

La méditerrranée

 

 

La méditerranée

 

Puis j’observe la mer, la méditerranée.

En sa couleur bleutée envoûtant sa langueur

Sur la vague géante épousant la vigueur

Qui voyage hors saison aux lames d’une année.

 

Quand le souffle d’Éole illumine une rose

Le soleil méritant vient réchauffer d’un pleur

Dans son gouffre enivré dans la douce chaleur

Qui la comble au printemps d’une métamorphose.

 

Or le ciel peut nourrir dans mon contentement

Le trouble ravivant le bonheur de l’enfance

Qui radoucit ma vie en bouquet si gourmand.

 

J’aperçois ici-bas le plaisir d’excellence

Dont le flot peut gêner avec entêtement

Les remous enfouis au cœur de son silence.

 

Maria-Dolores


27/02/2021
8 Poster un commentaire

L'ébauche du printemps ...Forme le sonnet Espagnol...Image Pinterest

L\\\'ébauche du printemps

 

 

 

L’ébauche du printemps

 

Le matin, le soleil illumine le ciel,

On observe la mer au-delà d’une ivresse

Où le vent sur l’instant vaque à l’essentiel

Puis la jolie Ondine en sa main le caresse.

 

On fait tout un mystère en ce doux renouveau

Or, la flore s’épanche en belle collerette

Saurait-on partager et remettre à niveau

Quand vient nous enchanter la frêle pâquerette ?

 

Mais voici que l’hiver s’efface dans la nuit

Laissant son grand manteau sur un fond de murmure

Qui charme le silence dans le froid sans ennui.

 

Et lorsque l’océan réveille la nature

Le langage tracé sur la page s’enfuit,

Le printemps recoiffant sa grande chevelure.

 

Maria-Dolores


23/02/2021
6 Poster un commentaire

La lune des hivers....Forme le sonnet Espagnol...Image Pinterest

La lune des hivers

 

 

La lune des hivers

 

J'écris dans le vertige au souffle du silence

Quand sur la page blanche émeut le souvenir

Puis l’obscur a soumis en ce vent l’avenir

Je garde au fond de moi l'invisible alliance.

 

Le destin me dessine un souffle en devenir.

J'ai pleuré tant de fois dans l'avide insolence

Lorsque la nuit me laisse une heure en turbulence

L'éphémère tourment vient souvent nous unir.

 

Dans mon âme, s'écoule un tapis de mystère

Eh bien même le temps grave dans l'univers

Un manteau blanc que couvre une vile chimère.

 

Dans l'ombre j'ai cueilli sur la page, les vers

Le chagrin de la lune en vague solitaire

Quand l'océan revêt les affres des hivers.

 

Maria-Dolores


20/02/2021
10 Poster un commentaire

La rose à l'ambroisie...Forme le sonnet Espagnol double

La rose à l\\\'ambroisie

 

 

 

La rose à l’ambroisie…

 

On attend patiemment le parfum d’une rose

Car on couche une prose.

Sous la plume, s’éveille un poète amoureux,

Observant sous la lune un bouquet langoureux

Aux abords ténébreux

Quand la brise s’endort et se métamorphose.

 

La chimère est venue, un silence se pose,

Quand l’ivresse dépose

Vers l’artiste l’enfer sur son front chaleureux,

Ce fidèle galant qui séduit l'être heureux

Sous le ciel valeureux

Déployant dans la nuit un portrait dans l’osmose.

 

Quand le charme est rompu nul ne voit dans le vent

La présence éphémère en belle poésie

Touchant la fantaisie

Au bel ange envoûté par cet art bien vivant.

 

La jeunesse s’invite en toute courtoisie.

Au délice des mots que jette le levant,

Mais le lys captivant

Prodigue sa douceur au feu de l’ambroisie.

 

Maria-Dolores

 

 


17/02/2021
6 Poster un commentaire