POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

forme le sonnet espagnol


Amour intemporel....Forme le sonnet Espagnol....Image sur le Net...

 

Amour intemporel

 

 

Amour intemporel

 

Le rimeur dans le soir chante l’hymne à la vie

Il n’a craint nul danger ; rien ne touche l’heureux,

Le désir parfumé que confond l’amoureux

Du souvenir lointain que ne dure une envie.

 

Mais l’ivresse retient dans  son ombre suivie

Le dard de cupidon pour un aventureux

Au silence vaincu dans son cœur valeureux

Dont l’instinct confortant une muse ravie .

 

Puis à l’automne court un charme naturel

D’un été poursuivant une saison vermeille

Sans souffrir du soleil au sort intemporel

 

Le poète a pensé dans son âme merveille

À la saison prochaine en son flot culturel

Quand l’hiver sera brume à son aube l’éveille.

 

Maria-Dolores


30/09/2019
6 Poster un commentaire

Un regard ...Forme le sonnet Espagnol...Image de Damien Barboni

Un regard

 

 

 

 

Un regard

 

La douceur d’un regard  trahit mon impuissance

Sous un soleil d’azur la couleur de tes yeux

Me chavire dans l’âme et j’ai peur sous les cieux

De ton œil exercé  je perds  toute assurance.

 

Puis j’observe non loin nos larmes en résonance

Où le flot d’océan voile un fard précieux

Sur la plage dorée on espère  joyeux

Oublier pour un temps, une brève insolence.

 

Ta prunelle renvoie un fidèle chemin

Où l’on sent dans le noir le parfum d’une rose

Mais j’aime tout autant le baume du jasmin

 

Qui m’émeut sous la lune en sa flamme l’arrose

Pour offrir à ta vue une teinte carmin

Où s’ouvre dans nos cœurs une  métamorphose.

 

Maria-Dolores.


28/09/2019
8 Poster un commentaire

Peintre et muse....Forme le sonnet Espagnol...Image photoflltre et sur le Net.

Peintre et muse

 

 

 

 

Peintre et muse

 

Elle n’avait  pour lui plus aucun lourd secret,

Elle aimait dans son cœur l’espoir d’une caresse

Et ne souhaitait pas aux yeux de sa détresse

Oublier cet instant et mourir d’un regret.

 

Il a peint sur la toile un visage à l’attrait

En son troublant sourire il aimait sa jeunesse

Le peintre a chatouillé le vent de sa tendresse

Au reflet du miroir vante un bien doux portrait.

 

Il souffre tous les soirs ces amours interdites

Lui trop vieux ne veut pas laisser un cœur meurtri

Elles sont, tout pour lui, de belles aphrodites

 

Mais sa muse si jeune écoute un air flétri

Pour bannir sa peinture oh ! souffrances maudites

Semblent tant écourter leur regard attendri.

 

Maria-Dolores


27/09/2019
12 Poster un commentaire

Les grands enfants....Forme le sonnet Espagnol...photo personnelle ...

 

Les grands enfants

 

Elle a le cœur en flamme en voyant ses enfants

Les mômes ont grandi sans ombrage. Leur père

Fait d’un rêve le sien, mais connait la chimère

Maintenant le cadet a presque dix-sept ans.

 

Ils ont ces doux reflets de leurs sorts innocents

Et la vie un cadeau que leur offre leur mère,

Le bonheur est pour eux une odeur douce amère

Un chemin tortueux d’où gravite le temps.

 

J’ai dans l’âme une joie où germe le silence,

Quelquefois apparaît cet émoi dans la nuit

La souffrance d’antan bien avant leur naissance.

 

Aujourd’hui qu’ils sont grands je me vois dans l’ennui

Car ils sortent le soir sans aucune insolence

Je regrette souvent qu’ils dépassent minuit …

 

Maria- dolores.

 


24/09/2019
14 Poster un commentaire

Silence matinal....Forme le sonnet espagnol...Image de Damien Barboni

 

 

Silence matinal…

 

J’ai tutoyé le jour le matin en silence

En observant de loin le beau vol des oiseaux,

Il forme une nuée autour des arbrisseaux

Et du voyage ensemble on rêve d’excellence.

 

J’irais noyer ma peur au creux de l’indolence,

Pourtant rien ne m’effraie on voit dans les roseaux

Un merle gentillet émergeant  des ruisseaux

Qui s’ébroue au soleil au chant de l’insolence .

 

Les arbres ont perdu leur parure d’été,

L’automne a revêtu de sa couleur de rouille,

La flore de teinte ocre en cœur désenchanté.

 

Dès lors que le poète en sa plume gribouille

Un quatrain tout en vers un sonnet médité

Dès que je dois le lire et bien moi je bafouille…

 

Maria-Dolores

 


20/09/2019
12 Poster un commentaire