POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Sextine et variantes


L'art du violon...Forme la terrine variante de la Sextine...Image Pinterest

L\\\'art du violon

 

 

 

L’art du violon.

 

Quand le beau violon chante l’air d’une danse

On respire le soir ce parfum de douceur

Éclairant sous la voûte une grande évidence.

 

Voilà Nyx apparaît d’un pas en évidence

Lorsque vient une brise au tempo d’une danse

Sous l’archet, on écoute un accord de douceur.

 

Puis l’artiste partage un péan de douceur

Composant lentement l’œuvre d’une évidence

Révélant à la nuit tout l’attrait d’une danse.

 

Maria-Dolores


25/02/2021
8 Poster un commentaire

L'aube de notre amour....Forme la terrine variante de la sextine...Image Pinterest

L\\\'aube de notre amour forme la terrine variante de la sextine

 

 

 

L’aube de notre amour.

 

J’aimerais sous la lune arborer notre amour.

Dévoilant sous la brume une sublime étoile

Qui nous unit dans l’ombre autour du petit jour.

 

Ô, mon tendre entends-tu l’appel de ce grand jour ?

Où ton âme embellit dans l’ivresse l’amour

Que résume l’instant sous une belle étoile.

 

J’ai gardé dans mon cœur la course d’une étoile.

Régressant lentement à l’approche du jour

Dès que l’aube illumine au soleil notre amour.

 

Maria-Dolores


18/02/2021
14 Poster un commentaire

L'océan d'amour...Forme la Quenine variante de la Sextine ...Image Pinterest

L\\\'océan d\\\'amour forme la quenine

 

 

L’océan d’amour

 

Au bout de l’horizon on perçoit une flamme

L’océan nous submerge à la chaleur du vent

Le soleil rayonnant suit le parfum de l’âme

Dans l’envol des oiseaux au chemin du levant

Or, le froid dans son cœur abandonne la femme.

 

Sous l’ivresse des mots on inspire une femme

Brûlant d’amour le soir au souffle d’une flamme

L’ange accourt dans le noir révélant au levant

Le destin encouru des moineaux dans le vent

Quand le rêve partage l’avenir de son âme.

 

Le désir n’est plus là dans l’écrin de son âme

Et brisant les échos dans le corps d’une femme

Que délègue le jour le souvenir du vent

Immergeant dans la nuit la douceur d’une flamme

En attendant l’espoir au regret du levant.

 

Le matin se fait roi sous le ciel du levant

Les rayons éclairant la détresse de l’âme

Dont l’élan vient  orner le retour d’une flamme

Et noyer d’un bouquet le regard d’une femme

Dans la mer démontée aux grands songes du vent.

 

La lune maintenant s’étonne que le vent

Vient broyer l’éphémère au ressac du levant

Amoureux il s’endort dans les bras d’une femme

Pour enfin oublier le déclin de son âme

Car sous Nyx on soutient la fièvre d’une flamme.

 

Maria-Dolores


14/02/2021
10 Poster un commentaire

Corona ....Forme la Sextine...Dessin de mon ami ZAGH ....

vaccin et Corona

 

 

 

 

 

 

Corona

 

J’ai le verbe à pester tout au fond de mon âme

Contre le Corona qui nous tue un peu plus

Ce terrible virus qui jamais ne m’enflamme

Aux vœux de liberté que le monde réclame

C’est un vrai génocide où l’on vit en reclus

Nul ne pense à demain à l’ombre des exclus.

 

Mais je n’ai que ma plume à verser tout au plus

Sur la page les mots si souvent que réclame

Un souffle dans l’hiver qui terre les exclus

Dans l’étrange parcours délivrant tous reclus

Et mon cœur a pour l’heure une aigreur qui l’enflamme

À détester ma foi quand se brise mon âme.

 

Le chemin de la vie est l’espoir qu’on réclame

Laissant l’ombre venir dans le printemps reclus

Nul ne sait plus vraiment le destin de son âme

Qui chavire le soir quand l’étoile s’enflamme

Libérant la parole à ceux que tout exclus

Comme une farandole en déboires et plus.

 

Chaque jour, on désire un regard sur une âme

Afin de soulager tous ces cas et bien plus

Puis l’on sait l’avenir de l’aveu qui s’enflamme

Comme tout en chacun d’une chaleur réclame

Le vaccin à tout-va bousculant tout reclus

Car l’humain n’aime pas se sentir pour exclus.

 

J’aimerais vous promettre un demain toujours plus

Et de vous rassurer quand ce siècle réclame

Un matin aux enfants cheminant comme exclus

Ils ne resteront plus ces éternels reclus.

De hurler tous ces vers dont la verve m’enflamme

L’illusion du jour où la mort prend votre âme.

 

Dans la ferveur du soir voici que l’on réclame

De sortir pour sourire aux embruns du reclus

On respire aujourd'hui dans l’ivresse d’une âme

Quand la lune déverse un petit rhum l’enflamme

La jeunesse s’éteint dans les mœurs des exclus

Et j’aimerais trouver la voie et faire plus.

 

Les desseins du reclus n’aiment pas être exclus

Du sérum, il s’enflamme au revers de son âme

On assume sans plus, mais nul ne le réclame.

 

Maria-Dolores


06/02/2021
12 Poster un commentaire

Troubadour ....Forme la Sextine...Image Pinterest

Troubadour

 

 

 

 

 

 

Troubadour

 

À l’aube, je me lève et la lune repose

Je retiens sous ma main la foi d’un troubadour

Mais voici que l’instant se voile un peu morose

Déposant sur la page au chemin d’une prose

Laissant voir le destin accomplir son retour

Qui retrace pour vous une plume d’amour.

 

Je verse mon émoi dans ton cœur mon amour

Quand le soir me dessine un espoir qui repose

Et que dans la chaleur émerge son retour.

Mon âme juge encor le ciel d’un troubadour

Qui s’invente un éclat sous le ru d’une prose

Brisant d’un coup d’un seul l’attente bien morose.

 

Voici mon bel aimé domptant cet air morose

Dans le parfum de rose où s’offre tout l’amour

Qui charme à regarder la douceur de sa prose

Et se baigne sous Nyx quand son destin repose

Dans le son d’un beau luth au chant d’un troubadour

Gravant dans un sillon le vœu de son retour.

 

Maintes fois, j’ai cherché l’avenir sans retour

Dans ce fort désarroi d’un visage morose

Offrant dans cet élan le vers d’un troubadour

Qui m’émeut chaque soir au gré de son amour

Je cours fuir une tombe où le secret repose

Dans l’infini désir récitant une prose.

 

Le poète a souvent l’esprit dans une prose

Qui charme l’oraison à l’ombre d’un retour

Quand le souffle d’Éole en l’intime repose.

Il respire une fleur à l’essence morose

Voulant choisir le temps d’un divin bel amour

Qui livrerait pantois l’humeur d’un troubadour.

 

À la belle saison, s’invite un troubadour

Pour conter les exploits des chevaliers en prose

Qui nous parle sans fin d’un héroïque amour

Défiant une intrigue aux lignes sans retour.

Quand j’écoute le soir cet émoi si morose

Je me dis maintenant qu’il faut que tout repose.

 

Il vient clamer la prose en la froideur morose

Quand de retour se tient l’ombre de son amour

Qui du tombeau repose, ô pleur du troubadour.

 

Maria-Dolores


03/02/2021
4 Poster un commentaire