POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Un appel...Forme stances...poème classique à plusieurs plumes...Poésiens et Apéciens...Et réponse de notre ami Flormed...

 

Un appel

 

Depuis que le hasard sur mon chemin t’a mis

Tu m’as, Flormed, reçu parmi tes bons amis.

Tu me manques ! L’absence a longuement duré.

Ton éloignement, Cher, m’a beaucoup effaré

Ô, Grand maître, reviens ! A Derdour

 

Et le divin orchestre attend son maestro

Pour jouer en concert un si beau crescendo

Le noir Piano piaffe étendant vaines touches

Et le triste refrain meurt sur nos froides bouches

Ô grand maître, reviens ! Luthoriental

 

Reviens, nid paternel nous couver de tendresse

Sans Toi pleurent sonnet zajel virelai, laisse

Prends ton si charmant Luth et comme Abdelwahab

Frôle un air enivrant Princesse et son Nabab -

Ô grand maître, reviens! Luthoriental

 

 

Les Apéciens du site ont tous gardé l’espoir,

Que tu surgisses là pour éclairer ce noir

Dans l’ombre de la nuit où chacun de nous guette

Ton message ou tes mots qui nous mettraient en fête

Ô, grand maître, reviens ! Maria Dolorès

 

J’ai tenté maintes fois de t’écrire l'ami

Mais les mots sont restés sans aucune réponse

Et depuis quelques mois du silence soumit

À ton étrange absence on espère une annonce

Ô, grand maître, reviens ! Maria-Dolores

 

J’ai beau chercher partout sur la toile un indice

Dissipant le brouillard qui cause préjudice

Au site et aux amis de notre professeur

Éminent Mohammed. Plus d’un appel du cœur

Ô, Grand maître, reviens !  A Derdour

 

Ont été lancés sur UGM, sur le Palmier rêveur,

Cependant pas d’écho. Pas un seul bienfaiteur

Pourtant Flormed est bien poète extraordinaire.

Tout comme eux, du Maroc, Zeid est originaire !

Ô Grand maître reviens !  A Derdour

 

Tous ses appels touchants sont aussi douloureux

Alors ils m'interpellent, Qu'il est dur ce silence,

J'aimerais vous connaître en vos vers savoureux

Qui charment les auteurs clamant votre excellence

 Béatrice.

 

 

 

Notre cher maître et ami nous à répondu

 

 

Me voilà revenu !

 

Votre appel est venu, défiant monts et mers,

Chatouiller mon esgourde à l'oreiller collée.

Ô braves chevaliers ! vous que, de sa colée,

Calliope a bénis, séchez mes pleurs amers !

Me voilà revenu !

 

L'air frais de notre îlot où se mire la lune

Qui vous sourit vaut mieux qu'un suave élixir

Servi par une main d'ange pour dénoircir

Le front ridé d'un saint, ses mots seule fortune.

Me voilà revenu !

 

Mon bourriquet boiteux ne peut à vos pégases

Se mesurer. J'ai toujours su que boire à l'eau

D'Hippocrène est un don que l'illustre Boileau

Dut cultiver. Mu par son art, je fuis mes cases.  

Me voilà revenu !

 

Là, parmi vous, je vis d'agréables instants.

Rossignols et serins ainsi que geais et merles

Au doux concert, font miroiter les belles perles

De rosée au lever. -Volupté des tristans-

Me voilà revenu !

 

Je vois ouverts les bras, rayonnantes les mines.

Ô bonheur! l'amitié, ce diamant que rien

Ne souille, brille ici. Ce monde lunarien

Que j'aime, me soustrait de mes sombres chaumines.

Me voilà revenu !

 

Poésis, mon amour, oui! tant que je respire

Je te reste loyal. La lyre des amis,

Me nourrit de son vin. Chers bardes, c'est promis!

Point je ne quitterai votre honorable empire

Me voilà revenu !

 

Un appel - Page 2 Signat10

22-08-19

 

 

 



26/02/2019
23 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 93 autres membres