POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Estampe grivoise...Forme la balladine...

Estampe grivoise.jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

 

Estampe grivoise.

 

Forte et frêle à la fois créant l’ombre du soir,

S’harmonise en lueur sous la plume chinoise,

L’encre qui se mélange à ce long bâton noir,

Au chemin la couleur l’imprime sur miroir,

Lors suivant son esprit comme brume l’Ambroise.

Grave sous son doigté comme un doux défouloir,

Une estampe à l’iris qui s’étoffe grivoise.

 

Et soumet de son art une solution

S’harmonise en lueur sous la plume chinoise

Découvrant sous un arc son évolution,

Puisqu’une image sème à la dérision

Lors suivant son esprit comme brume l’Ambroise.

Peindre de son savoir en l’apparition

Une estampe à l’iris qui s’étoffe grivoise

 

Ravivant à l’encrage où l’étoile avatar

S’harmonise en lueur sous la plume chinoise,

L’ombrage suggérant sur ce que l’on doit voir

Sur l’heure s’infiltrant à l’odeur d’un pouvoir,

Lors suivant son esprit comme brume l’Ambroise,

Découvrir les traits noirs, est-ce bien l’affutoir?

Une estampe à l’iris qui s’étoffe grivoise.

 

Luit dans un souvenir la force d’un lion,

S’harmonise en lueur sous la plume chinoise,

De génération en génération

Qui sous l’effort rapproche en douce illusion,

Lors suivant son esprit comme brume l’Ambroise.

S’exprime la finesse en forte impression,

Une estampe à l’iris qui s’étoffe grivoise.

 

Elle enroule déroule et noircit l’œil en fard,

S’harmonise en lueur sous la plume chinoise,

Quand elle se reflète en l’unique miroir

Forte et frêle elle choit comme une ombre le soir,

Lors suivant son esprit comme brume l’Ambroise,

L’encre ne se mélange, à son destin, nul noir,

Une estampe à l’iris qui s’étoffe grivoise…

 

Maria-Dolores



23/07/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 96 autres membres