POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Du Sud au nord....prose...

                         Du Sud au Nord…
 
 
Début août deux mille cinq les vacances. 
Les préparatifs pour le nord, destination Calais. 
Pour la toute première fois, moi l'azuréenne j'allais traverser la France du sud au nord. 
Découvrir les lieux où mon époux avait grandi, mille cinq cents kilomètres à parcourir en camping-car,
le petit dernier n'avait même pas trois ans... 
 
C'est mon homme qui avait pris le volant sur les routes nationales afin de profiter du paysage, nous roulions ; 
Au fur et à mesure de notre destination les toiles arides se transposaient à des couleurs verdoyantes et fleuries,
la nature elle-même nous accueillait. 
 
Près de trois jours de trajet et des aires de repos nécessaires de quelques heures, 
le berger allemand, les enfants et nous-mêmes avions besoin de nous détendre hors de ce lieu de transport clos, 
nous étions nullement pressés, trois semaines de dilettante. 
 
Enfin nous étions proches et voilà la route menant à Calais, 
des trombes d'eau déferlaient sur la région à ne plus rien voir de la route. 
Quel accueil du Nord ! 
C'était pour moi la surprise une telle quantité de pluie diluvienne en si peu de temps... 
 
Puis l'accalmie revint, ce fut la découverte de la ville ; la mairie ressemblait à une Cathédrale aux magnifiques sculptures, 
c'est ce que je crue lors de son apparition mais, mon époux me l'expliqua. 
Il retrouva les lieux de son enfance, son école, son quartier, il me racontait quelques anecdotes de sa vie 
qui lui revenaient en mémoire... Les tours pendables qu'il faisait à son entourage mais, jamais prémédités. 
 
L'heure du repas sonnait et c'est de moules frites que nous nous régalâmes au restaurant le plus proche. 
Nous reprîmes la route en direction de la plage de Calais, du sable à perte de vu et l'océan aussi bleu que la méditerranée, 
mais cette journée était fraîche, pas question de nous baigner, c'est que la sudiste est frileuse et malgré la période estivale
je n'avais pas vraiment chaud chez les Chtis. 
 
Je découvris un endroit sublime, les dunes ressemblant aux côtes anglaises ; 
Une étendue sablée où quelques herbes grasses se balançaient au gré de l'air marin. 
Le ciel chargé de nuages parsemés lui donnait une étrange sensation de plénitude et 
de tranquillité à ce paysage surprenant, même les maisons semblaient différentes et respiraient la quiétude du lieu... 
 
Mais ce voyage à la source avait un but, celui de se recueillir sur la tombe des parents de mon tendre époux, 
depuis des années il n'avait pu les visiter, un pèlerinage sur ses racines perdues versant des larmes contenues. 
Afin de montrer à ses enfants et moi-même, l'univers d'où il venait... 
C'était primordial et ce chemin parcouru lui était vital comme un puits auquel on goûte la félicité dont-on s'abreuve. 
Un point de résolu, pour lui. 
 
En dernier lieu ces moments agréables passés sur un petit camping 
où nous avions pris location dont les échanges étaient de convivialités plaisantes 
avec les autres vacanciers étonnés qu'une plaque minéralogique du Sud se soit perdue vers le Nord. 
 
Mais grâce à notre guide Chti nous ne l'étions nullement…
 
                                                                                                  Fin 
 
                                                                                           Maria-Dolores


15/02/2018
12 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 83 autres membres