POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Ô ciel !...Forme la balladine.

O ciel.jpg

Image de Damien Barboni

sur Facebook

Ici

 

Ô ciel !

 

Ô ciel ! louant l’indifférence

Tout cesse aux yeux d’une apparence.

Lors Ra ne puise une lueur

Et sur l’aurore étend ses larmes

Le ciel pleure et nul n’a plus d’armes

Je me souviens d’un temps rieur.

 

Ô ciel ! louant l’indifférence,

Je me préserve sur l’instance,

Un trait de muse, la primeur,

Sur la page que j’interroge

Aux sons vibrants d’un seul éloge,

Je me souviens d’un temps rieur.

 

Ô ciel ! louant l’indifférence

En pluie illusoire assurance,

A couvrir  l’heure sur son cœur

Je ne suivrais plus tout l’étrange

Que chante Érato pour louange

Je me souviens d’un temps rieur.

 

Ô ciel ! louant l’indifférence,

Au crépuscule en l’espérance,

Le gris sillonne un vers rimeur

Comme l’encens dans une église

Soufflant le froid, telle banquise,

Je me souviens d’un temps rieur.

 

Maria-Dolores



16/07/2016
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres