POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

L'olivier...Forme le sonnet irrationnel .

L'olivier..jpg



L’olivier !

 

Ah ! Comme il faisait bon près de mon olivier

L’été, je m’endormais sur le banc sans soulier

Me couvrant des rayons sous son large feuillage

 

J’écoutais le murmure au souffle de son bois

 

Les cigales d’un chant parsemant le voyage

Je respirais cet air sous ce tendre princier

La brise qui venait rafraîchir le brasier

Au soleil, la chaleur ne faisait qu’un sillage

 

J’écoute encor le bruit en cette âme du bois

 

Il  jalonne ma vie et parcourt de ses droits

Précieux à sa terre ici de toute gloire

N’est point ambitieux se pavane cent fois

Offrant sous sa parure une ombre aux vieux Niçois

Et nul ne le malmène ; en sa fraîcheur à boire…

 

Maria-Dolores

 



21/10/2011
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 97 autres membres