POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

POEMES DE MARIDO TOUTES FORMES

Coucher sur l'asphalte...forme fixe la Terza-rima

Coucher sur l'asphalte..jpg

 

 

 

Coucher sur l’asphalte

 

J’ai couché sur l’asphalte aux couleurs de l’oubli

Quelques vers ambigus qui filent sous la cloche

Cet écrit effilé de mon corps affaibli,

 

Aux reflets ondulants qu’un désir effiloche

Sur mon sort qui ne frôle un peu plus qu’un regard

Où s’étend dans la nuit comme un cri de reproche,

 

Rien ne laisse au rimeur un chemin au hasard

Il le suit lentement guidé par une muse,

Qui dans le noir écoute un malheureux busard

 

Émergeant de ces flots dans une mer recluse,

Le poète dépeint parfois un grand bonheur

Dont le chagrin n’est plus qu’un époux qui l’excuse

 

À l’ancienne parole où gémit dans son cœur

Une pensée émue et se meurt l’innocence

Quand tremble la raison,  l’ombre d’une liqueur,

 

Car son âme n’est plus que son antre au silence.

 

Maria-Dolores



27/11/2015
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 45 autres membres